École la Découverte

Bonjour chers lecteurs,

Nous avons fait une entrevue avec Mme Francine et Mme Marie pour savoir comment était notre école à son début. Bonne lecture !

Au début, Mme Francine et Mme Marie nous on dit que le local de musique, la classe de maternelle et le local du service de garde n’existaient pas. Dans leur pupitre, il y avait des livres, des cahiers pour écrire, des crayons, le livre de la bonne chanson mais il n’y avait pas de cahiers qui venaient d’une maison d’édition. Tous les vendredis midis, ils devaient chanter l’hymne nationale du Canada la main sur le coeur devant le drapeau. Dans la cour d’école, il n’y avait pas de modules.

Le seul jeu qu’il y avait était le ballon chasseur. Au deuxième étage, c’était semblable mais c’était que des classes. Les règles de vie étaient plus sévères. En entrant dans l’école, c’était complètement silence. Les règles étaient très strictes et s’ils faisaient quelque chose de mal, leurs parents étaient prévenus. Comme privilège,  il y avait du dessin le vendredi midi et ils avaient une sortie à la fin de l’année scolaire. Il y avait environ 30 élève par classe et il y avait six classes. Il n’y avait aucune spécialité et comme matière, il y avait du français, des maths, un peu d’art plastique, des sciences et beaucoup de catéchèse. Il n’y avait pas de locol pour une bibliothèque et un laboratoire informatique. Le plus beau souvenir de Mme Marie est lors de sa septième année avec le pédagogue Jacques Gagné. Pour Mme Francine, c’était tout ! Elle adorait cette école. Elle n’a aucun mauvais souvenir.

Alors, c’est tout ! Merci d’avoir lu notre article !

Arianne Asselin Grenier 6e année et Wyatt Cantin 5e année

 

arton217-75151Le 2 décembre dernier, l’équipe du Décournal a reçu la visite d’un journaliste. Voici une brève présentation de cet homme généreux et du métier de journaliste.

Norman Delisle est un journaliste politique à la retraite. Pendant sa carrière, il a travaillé pour plusieurs quotidiens de la province de Québec. En outre, il a consacré la majeure partie de sa carrière à travailler pour La Presse canadienne. M.Delisle a  passé beaucoup de temps dans l’avion, car son métier l’a transporté en Chine, à l’Île Maurice, en Europe et dans plusieurs coins du Québec. Il a couvert beaucoup d’événements politiques dont quelques élections provinciales.

Norman nous a parlé des qualités nécessaires pour devenir journaliste. Une de celles-ci est la persévérance. De plus, il est primordial d’être rapide pour écrire,car un journaliste doit remettre son article souvent le soir même de sa rédaction. Tout journaliste doit également posséder une grande curiosité. Finalement, pour exercer ce métier, il importe d’avoir une excellente maîtrise de la langue française puisque les textes rédigés se retrouveront devant plusieurs visages intéressés, curieux et critiques.

En terminant, ce fut une rencontre très enrichissante pour l’équipe du Décournal. Merci M.Delisle !

Kimberly Gagné et Noémie Drouin, 6e année.

arton212-ebd8cBonjour,

Nous allons vous présenter le super projet de chapeaux de la classe de Madame Mélissa. Voici les réponses de l’entrevue que nous avons réalisée chez les élèves de deuxième année. Bonne lecture !

D’où vient l’idée de ce projet ?

Christopher St-Pierre : Madame Mélissa a eu elle-même l’idée pour notre premier exposé oral de l’année.

Où avez-vous fabriqué vos chapeaux ?

Alyssa Carrier : Nous avons fabriqué nos chapeaux à la maison avec nos parents. Certains ont fabriqué leurs chapeaux avec d’autres membres de leur famille.

Avec quoi les avez- vous confectionnés ?

Léanne Bilodeau : Madame Mélissa nous a donné la consigne de fabriquer nos chapeaux avec des matériaux recyclés.

À quoi ont servi les chapeaux une fois rendus à l’école ? 

Alexandre Deschênes : Nos chapeaux ont servi à faire notre premier exposé oral de l’année.

Q’est-ce que vous avez aimé le plus dans ce projet ?

Dominic Breton : Le moment le plus apprécié a été lors de la fabrication avec ma grand-mère.


Amélie Ouellet et Camille Grant, 6e année 



Samuel Pineault a participé au cross-country en 2015 et c’est pour cela que nous avons décidé de lui poser quelques questions.

Il a fini en 7e position. Il est fier de son résultat,car il n’a pas marché du tout pendant la course. La partie du parcours qu’il a trouvé la plus difficile est celle dans le bois.

Le conseil qui l’a aidé le plus est de respirer et d’attendre d’avoir fait trois pas avant de respirer à nouveau.

Selon lui, les vêtements les plus adaptés au cross-country sont des combines et un gilet à manches longues serré.

William Deblois 6e et Alexis Leblanc 6e

Pour commencer, je vais vous présenter la classe de Madame Marie-Josée. Je lui ai posé des questions sur sa classe de 3e année et elle m’a répondu.


Pourquoi aimes-tu enseigner en 3e année ? Elle trouve que c’était un beau défi pour elle et que les élèves sont très motivants. Aussi, ils aiment apprendre de nouvelles choses et ils sont petits, alors c’est différent.


Quelle est le plus grand défi de sa classe ?  De garder leur vestiaire en ordre.


Quelle est la plus grande qualité de ta classe ? Ils sont toujours aimables et prêts à travailler puisque ce sont des petits coeurs sur deux pattes.


Quelle matière travaillez-vous le plus souvent ? Le français afin de savoir bien écrire et travailler leurs stratégies en lecture.


Y a-t-il des talents cachés dans votre classe ? Oui, il y a des talents artistiques formidables dans sa classe. De plus, elle a de grand écrivains et des élèves qui s’intéressent rapidement à la science.


Selon toi, quelle est ta plus grande qualité en tant qu’enseignante ? Elle pourrait bien dire la patience, mais elle sait qu’elle n’en a pas en quantité industrielle ! Par contre, elle est passionnée par son métier et essaie de nous transmettre cette passion par tous les moyens.

Noémie Grant

arton213

Bonjour lecteurs du Décournal,

Dans un instant, je vais vous présenter un auteur que j’aime beaucoup et qui a écrit plusieurs séries très intéressantes.

Maxime Roussy est un écrivain québécois né à Montréal en 1976. Il est auteur de littérature pour adultes et adolescents. Il a écrit les séries de livres Le blogue de Namasté qui contient 20 tomes, Pakkal qui contient 13 tomes et Le fabuleux Néoman.

Je recommande les livres de Maxime Roussy aux personnes de 10 ans et plus, car les personnages principaux de ses oeuvres sont souvent des adolescents.

Bonne lecture !

45052_aj_m_7199le-blogue-de-namaste_-tome-7---amoureuse-139191-250-400pakkal_-tome-9---il-faut-sauver-l-arbre-cosmique-57785-250-400ach003383849_1411617415_580x580

arton211

Bonjour,

J’ai choisi de vous présenter Robert Munsch, car j’ai adoré lire ses livres quand j’étais petite.

Robert Munsch a commencé à raconter des histoires lorsqu’il travaillait dans une garderie. Aujourd’hui, il parcourt le monde, donne des conférences, rencontre ses lecteurs et s’inspire d’eux pour de nouvelles histoires. Il a écrit entre autres : J’ai envie…, L’anniversaire, Le bébé, Papa réveille-toi, Où es-tu Catherine ? À table et Les oiseaux. Avant de mettre un conte sur papier, il le raconte au moins une centaine de fois ! Robert Munsch est né à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Plusieurs livres de la courte échelle écrits par Robert Munsch sont à la bibliothèque de l’école.


Kimberly Gagné, 6e année

arton210

Cette année, la longueur de la piste de course était de 1 km pour les petits et de 2 km pour les grands.

En 3e et 4e années, on a eu quand même beaucoup d’excellents résultats comme Léa-Rose Deblois qui a fini 43e sur 162e. Deux garçons, Jimmy et Damien, ont terminé presque égaux soit à la 39e et à la 42e place.

En 5e et 6e années, un garçon, qui s’appelle Samuel Pineaut, a fini 7e sur 112e. Il a été invité à la compétition régionale. Chez les filles en 6e, il y avait Amélie qui a terminé 68e et deux autres filles en 5e qui ont participé.

William Deblois 6e année et Alexis Leblanc 6e année

Nouvelles brèves



Thématique de l'année : Laisse ta marque !